Tous les samedis, je vous livre quelques réflexions sur l’énergie christique. Une énergie que nous ne connaissons pas tant et qui est pourtant tellement capitale dans ce Nouveau Monde que nous sommes en train de créer. L’énergie christique est un état d’être, une manière d’aimer qui est profondément inconditionnel mais qui aussi nous relie plus intimement à la Source au Créateur en plus de libérer notre être puissant ! J’ai la chance de recevoir ses enseignements, presque à chaque jour car je l’ai demandé… Je vous partage donc quelques inspirations.

RDV tous les samedi pour la série !

Je vois nos relations changer.

Je vois notre manière d’être en relation changer.

J’y vois plus d’authenticité, de désir de prendre soin, d’être vrai… et en même temps de s’opposer à certaines choses qui ne nous conviennent plus, de se positionner, de rester proche de soi, d’être intègre, d’oser nommer les choses que nous cachions avant par gêne, peur et honte… de reprendre notre pouvoir et se libérer des jeux de pouvoir.

Je vois des relations qui se libèrent de leurs chaînes, qui se des-meunottes de leurs conditionnements pour incarner plus d’amour…

Le pouvoir de la rédemption

J’ai vu parfois des professeurs me dire que nous n’avions pas à nous excuser. Parce que (entre autres) tout est parfait.

J’en ai entendu d’autres me dire qu’il était mieux de nommer ses besoins et ses émotions et de remercier l’autre pour le miroir qu’il nous donne.

Soit. Merci de nous montrer une partie de l’équation. Néanmoins, pour moi, il manque un point extrêmement important : la rédemption.

Je crois que la rédemption (reconnaître ses tors) est essentielle dans la libération de l’orgueil qui fait parfois des ravages dans nos relations. Je vois que l’orgueil peut littéralement être un poison qui tue la relation…

L’orgueil, c’est celui qui veut avoir raison, qui impose ses idées, qui n’est pas ouvert à ce que l’autre nomme. C’est celui qui nous protège des blessures qui sont souvent réveillées par certains mots et énergies. C’est celui qui résiste à la colère de l’autre et qui ne veut pas se laisser transformer par la situation. C’est celui qui fuit, qui refuse de demander de l’aide, qui reproche à l’autre, qui critique l’autre, qui ne prend pas responsabilité sur ce qu’il crée… c’est une profonde fermeture de l’être et du coeur.

Comment je le sais ? J’en ai beaucoup ! Je suis très orgueilleuse ce qui m’a permis, aussi, de m’affirmer et de me protéger face a certaines situations où en tant qu’hypersensible je me serais tout simplement effondrée faute d’ancrage suffisant et d’outils pour recevoir le potentiel de transformation que la situation m’offrait.

J’étais orgueilleuse (et je le suis encore) par ignorance…

Avec le temps et les outils acquis, l’orgueil en moi a voulu prendre moins de place car il n’y avait tout simplement moins à protéger, et moins à affirmer. Ainsi, j’ai pu rencontrer la beauté de la rédemption… la vraie ! Pas celle qui s’excuse pour ne pas se sentir rejeté à nouveau ou par peur d’activer l’autre dans de la violence.

Celle qui choisit l’Amour. Non pas seulement l,amour de l’autre mais le Grand Amour, ce principe universel qui nous réunit et auquel nous nous sentons à nouveau relié quand nous nous excusons.

Quand je reconnais que mon action a nourrit le mal, la violence, est-ce que je suis capable de m’excuser non pas seulement à l’autre mais devant l’Amour lui-même car nous ne l’avons pas servi ? Sinon, pourquoi je n’y arrives pas ?

Probablement par orgueil…

Nous pouvons aussi, surtout, nous excuser auprès de nous-même… de nous avoir abandonné, de nous avoir rejeté, de ne pas nous avoir choisi, de nous avoir fait du mal ! Par ignorance… conditionnements…

Comment sortir nos relations du chaos ?

Nous sortons progressivement d’un chaos, d’une confusion totale qu’à été créé par des forces perverses (comprendre ici des forces qui inversent…). Nos relations se sont donc teintés de cette confusion, de ce chaos qui nous a séparé de l’Amour.

Je crois que c’est à nous de reprendre notre pouvoir et de choisir de servir à l’Amour à nouveau, de reconnaître notre orgueil, de le nourrir de compassion et de gratitude pour son apprentissage et de s’excuser. Car la rédemption mène aussi nécessairement à l’humilité, cette belle grande amie qui reconnecte notre coeur avec le Grand Coeur commun de l’amour.

C’est donc encore un choix qu’il nous est demandé de faire. Et je crois que nous n,avons pas besoin d’être parfait… simplement de tendre avec douceur vers cette direction d’Amour inconditionnel qui ACCEPTE aussi pleinement notre orgueil et son précieux apprentissage…

Voici ce que mon orgueil, ma vie, mes enseignants, mes proches, mes parents, Jésus (et oui !), Dieu (lui-même), moi (en faite…) m’ont enseigné.

Gratitude pour ce cheminement rempli de beauté qui me permet de connaître plus précisément la Grande Toile que l’on appelle l’Amour, la Vie, ce qui Est…

Aurélie Blanwalhin-Dupont

Vous avez aimé cette article ? Partagez-le pour en faire profiter un plus grand nombre, avec la source : Aurélie Blanwalhin-Dupont

ET, ne partez pas tout de suite et faites un tour sur mon site ! peut-être que quelque chose vous interpellera ! Who knows ?