Cela fait quelque temps que vous m’entendez parler de femme-médecine (à la place de guérisseuse et-ou thérapeute). C’est un mot que je n’ai pas inventé mais que je me suis approprié, d’abord pour moi et me définir car je ne me reconnaissais pas pleinement dans le mot guérisseuse ni thérapeute…

En parlant avec d’autres femmes, je me suis rendue compte que je n’étais pas la seule.

Qu’est-ce qu’une femme-médecine ?

Selon moi, mon expérience et les coaching que j’ai fait avec certaines personnes, une femme-médecine est une femme qui est dans son pouvoir de guérison pour elle et pour les autres.

Elle n’est pas thérapeute dans le sens où elle n’utilise pas une thérapie pour guérir l’autre (elle peut le faire, mais pas seulement).

Elle est plutôt gardienne et créatrice d’espace où la guérison peut émerger.

Changer notre perception de la guérison

Nous avons dans la société une vision je crois archaïque de la guérison. La guérison n’est pas un résultat à atteindre mais une énergie d’amour à nourrir et à réveiller en soi. La dualité a atteint le monde de la médecine, créant une séparation entre le malade et la personne en santé, la maladie et la personne. Nous nous séparons de la maladie comme une entité extérieure à nous venue nous faire du mal, que nous devons justement, enlever (parfois avec rejet = non-amour) !

Oui mais voilà. Depuis plusieurs années notre perception de la maladie change. Nous y voyons ses messages, son potentiel de changement… nous voyons de plus en plus comment une maladie peut-être un propulseur de transformation et pas seulement un mal à supprimer. Nous voyons de plus en plus le lien avec l’expression de la vie. Le Mal-a-dit, les maux qui se disent quand les mots ne sont pas dit…

Tranquillement, la dualité s’évapore, comme un voile d’illusion qui prend son temps pour se déshabiller, juste pour apprécier, aussi, le processus !

Je crois que le mot guérison est amené à disparaître pour être remplacé par le mot vie. Car la guérison est la vie… notre désir de vivre… quand il n’y a pas de vie en nous, la maladie se crée comme un indicateur de mal-être pour que nous choisissions la vie !

Ainsi, une femme-médecine est au service de l’énergie de la vie. Elle crée des espaces (cercle de guérison, soins, coaching…) qui permettent de refaire circuler la vie en débloquant les contractions (corporelles, éthériques, psychiques) et en stimulant l’énergie de vie qui parfois est simplement endormie quelque part, pris dans les rouages de notre inconscient…

Elle est aussi, en ce sens, et selon moi une artiste. Elle crée à partir de ses dons, de son intuition de sa guidance, de son ventre, de ses élans (de vie).

Je crois que nous avons depuis longtemps une perception très rigide la médecine qu’il nous faut maintenant délaissé pour redonner sa grande et libre place à la femme-médecine sauvage qu’il fût un temps nous laissions nous guider.

Je crois qu’il temps d’honorer à nouveau les femme-médecine et de leur redonner leur juste place dans notre société.

Incarner sa femme-médecine

Choisir d’être femme-médecine demande du courage, de la foi et de la volonté. Car cela demande, selon moi, de marcher hors des sentiers battus, de faire face aux jugements, de s’ouvrir à l’incertitude qui mène nécessairement au lâcher prise et à la liberté d’être (et donc à l’art et à la Vraie création !) .

Cela demande de se libérer du mental qui veut trop tout savoir pour simplement être… vivre et créer à partir d’un espace du coeur et de liberté sauvage plutôt que de l’ego qui veut contrôler l’énergie avec des méthodes et des techniques…

Choisir d’incarner sa femme-médecine est un acte courageux qui demande de laisser faire le changement qu’elle demande pour prendre sa place dans notre vie.

Incarner sa femme-médecine est, nécessairement, incarner sa puissance, son pouvoir… si il y a des parties dans notre vie où nous n’incarnons pas notre puissance et notre pouvoir, l’énergie de notre femme-médecine va nécessairement vouloir changer cela pour faire de la place (aussi…)

À nous, je crois, de nous libérer de nos peurs afin d’avoir la confiance et la foi nécessairement en ce processus qui nous demande aussi d’aller visiter nos blessures de femme.

Nécessairement…

Et vous ? Qu’est-ce qu’une femme-médecine pour vous ?

Pour aller plus loin :

. Participer à ma prochaine retraite en France Femme-médecine, Femme sauvage, Femme sacrée pour découvrir dans l’expérience votre femme-médecine 

. Tenez-vous au courant de la prochaine session d’ENVOLution, programme en ligne pour femme-médecine en quête de confiance et d’abondance