(438) 938-1212 info@lessoinsdaure.ca

Hier lors d’un coaching collectif de mon programme ENVOLution, l’image de la posture du persécutée m’est venue… Cette posture que l’on porte sans s’en rendre compte.

Que ce soit physique avec le dos courbé et le menton rabaissé.

Que ce soit mental avec ces jugements, ces auto-rabaissements, ces comparaisons, ces croyances limitantes qui nous répètent comme un disque rayé que nous ne sommes pas assez et que nous n’arriverons pas à réaliser nos rêves.

Cela devient une posture extérieure et intérieure qui n’aide pas l’incarnation de notre grandeur. Car pour incarner notre grandeur, je crois qu’il nous faut nous grandir, le dos droit, le menton haut, non point pour être plus grand que les autres mais simplement pour être grand…

Peut-être même que si nous nous grandissons, cela donnera à d’autres l’envie de se grandir?

Complexe d’infériorité

Toute ma vie, je me suis sentie rabaissée par ma petite taille. On m’a souvent fait comprendre que j’étais moins, parce que j’étais petite. Or mon cœur n’était pas d’accord…. Il n’a jamais été d’accord avec le fait de me considérée « petite ». En même temps, cette persécution intérieure que je me jouais sans vraiment m’en rendre pleinement compte m’empêchait aussi de grandir. C’est ainsi que ce joua le drame de ma vie, cette contraction permanente entre cet élan du cœur de me grandir et cette peur d’être Grande.

Car si je suis Grande, je suis vue, je suis puissante, je suis heureuse, je suis divine. L’ego n’accepte pas… Il préfère me laisser dans le misérabilisme un peu par confort, un peu par ignorance, un peu pour se sentir appartenir à ce monde.

Et puis un jour, j’ai décidé que cela suffisait. Que cela suffit de nourrir la posture du persécuté (ou du persécutant) et que j’avais envie de m’offrir autre chose… cette conscience que je suis au delà de cette dualité persécuteur-persécuté, que tout ceci a été un jeu pour nous retrouver dans toute notre puissante lumière. Qui est…

Et quand j’incarne cette lumière qui est, il n’y a plus rien à incarner à part ce Grand être qui en faite, est déjà là depuis longtemps…

Ainsi donc, de part mon expérience, ne plus incarner la posture du persécuté est un détachement.. on se détache avec profonde gratitude de cette expérience pour décider avec joie d’expérimenter autre chose… notre grandeur divine!

Aurélie