(438) 938-1212 info@lessoinsdaure.ca

Bien souvent, je sais ce que j’ai à faire. Je le vois.

Et pourtant la paresse vient me couper l’herbe sous le pied, comme pour me dire de ne pas trop en faire… comme pour encore m’auto-saboter et me faire rentrer dans cet engrenage de non-amour de moi où finalement je n’en fini plus de ne plus m’aimer et de me culpabiliser.

Pourquoi ? 

La paresse est douce et agréable. Elle nous permet d’aller dormir et de nous reposer. D’intégrer aussi ce que nous devons intégrer. Elle nous permet d’apprécier la vie, de faire le vide et d’écouter.

Ce qui est moins bon est l’excès de paresse. Quand on en fait pas assez alors que l’on sait que l’on devrait agir.

Ce qui est moins bon est cette pression que nous nous mettons pour en faire tout le temps, arrivant ainsi à un conflit intérieur entre trop en faire et pas assez nous amenant ENCORE à du non-amour de nous-même en nous culpabilisant des deux bords.

Comment s’en sortir ? 

1- Arrêtez le jugement. Ce qui est, est. Acceptez-vous, peu importe comment vous êtes. Arrêtez la lutte intérieure en acceptant tout ce que vous êtes.

2- S’auto-discipliner. Rendu à cette conscience là, la bienveillante autorité intérieure doit reprendre sa place comme un bon père qui sait nous ramener dans l’action quand il le faut et nous envoyer au lit quand il le faut aussi…

3- Le Vouloir. La Volonté est un principe extrêmement important dans l’incarnation de l’énergie christique (n’y voyez ici aucune intention de ramener à un dogme religieux. Juste une définition d’un type d’énergie). Quand il n’y a pas de Volonté, il n’y a pas d’action, pas d’attraction… La Volonté vient juste après l’Intention.

Ce sont, je le crois, des lois, que nous pouvons dire spirituelles universelles, celles que nous avons oublié sur cette Terre. Quand je parle de Volonté, je parle de la Volonté du coeur pas de la tête… Ces 2 Volontés n’ont pas le même impact, ni la même vibration…

4- Cultiver l’équilibre, se connecter au cycle de la nature. Être dans la paresse quand nous sommes dans l’hiver, au moment de la nouvelle lune, en tempête solaire, dans nos menstruations (lunes) ou tout simplement quand on travaille trop, c’est normal ! L’équilibre entre l’action et l’inaction se cultive au quotidien et s’apprivoise comme un cheval… avec patience, persévérance, fermeté et douceur.

Bonne chance !