(438) 938-1212 info@lessoinsdaure.ca

Beaucoup d’entre nous avons subi des persécutions. Il fût un temps (et il l’est encore…) où on ne pouvait pas tout dire sous peine d’être puni, châtié, torturé voir tué.

De nombreux artistes, politiques, poètes, religieux et autres… ont été ainsi persécutés et volontairement censurés pendant des siècles et des siècles, et des siècles, et des siècles.

J’ai moi-même dernièrement vécu des situations qui m’ont fait revivre ces vies (ou autres espace-temps) où je me voyais littéralement tuée et persécutée. Dans cette vie, je me rappelle enfant avoir eu un morceaux de scotch (tape) sur la bouche parce que je parlais trop pendant la classe…

Dernièrement, on m’a dit que je parlais trop fort, que j’étais trop émotionnelle et que l’on ne voulait même plus travailler avec moi. Ainsi soit-il ! Me voici donc ramené à la chasse aux sorcières à avoir ce réflexe de devoir encore me cacher, et me rabaisser pour ne pas déranger cette Matrice où tout le monde sourit et parle d’une manière agréable. Ainsi soit-il.

Sauf que, mon expression ne veut plus être contrôlée. Elle ne veut plus. Elle veut se sentir libre comme un cheval au galop qui, porté par son cœur, oeuvre pour le Bien.

Oeuvrer pour le Bien n’est pas forcément de continuer à sourire mais, parfois, à grogner férocement pour faire entendre son point, si le cœur le veut, si sa guidance lui dit oui.

L’expression est un art subtil qui peut parfois prendre des airs dramatiques quand nos blessures la prennent pour arme. Oui, j’ai vécu cela et je le vis encore ! Dans cette quête de liberté d’expression, certaines blessures se faufilent encore pour faire mal à l’autre comme pour se venger d’avoir eu mal, comme pour être vues, comme pour finalement, recevoir l’amour et l’attention que moi-même je n’arrive pas encore toujours me donner pleinement. Parce que je juge encore beaucoup mes blessures et mes émotions et mon expression incontrôlable. Ô que j’aimerai être déjà parfaite, en maîtrise totale de l’énergie d’Amour en moi. Ce n’est pas le cas. Et c’est ok, je suis en chemin, et le chemin est la destination (je me le répète comme un mantra…). Humilité.

Il en faut du discernement pour y voir clair dans les jeux de pouvoir qui peuvent s’installer rapidement dans une discussion. Est-ce nos blessures qui parlent ? Parfois oui, et c’est ok aussi… l’expression devient ainsi le révélateur d’un besoin de guérison. Après tout, qui peut se prétendre pleinement guérie ?

Pas moi…

Et je m’en excuse. Je m’excuse publiquement, devant tous si j’ai fait mal avec mon expression parce que j’avais moi aussi mal et que je ne le voyais pas… Quand l’ego veut avoir raison, il cache en même temps un manque d’estime et d’amour pour soi, qu’il veut voler à l’autre.

Guérir son expression

Il n’empêche que, persécutée je l’ai été et d’abord par moi-même. Combien d’année je me suis tus alors que je devais parler ? Combien de minutes ai-je lutté en moi-même pour retenir cette expression, ce « NON » qui voulait sortir pour me respecter et poser des limites ? Combien de secondes m’ai-je ainsi torturé par peur de déplaire, de déranger, d’être rejeté, abandonné… Il est intéressant que ce mécanisme est le même pour tous… Par peur d’être rejeté, nous-nous rejetons…

Que c’est bien fait !! La solution ? Arrêtez de se rejeter pour arrêter d’être rejeté par l’autre. Tout part de Soi. (Mantra répété…)

Comment guérir son expression ?

De part mon expérience, je me suis rendue compte que cette guérison commence d’abord par aller expirer tous nos non-dits, tout ce que nous n’avons jamais dit ou pas assez pour FAIRE DE LA PLACE à l’intérieur…

Voici des exercices assez simples qui m’ont beaucoup aidé et qui m’aide encore :

1- Prendre une feuille ou deux ou écrire, sans aucune censure, tout ce que vous auriez aimé dire à tout le monde en commençant par vos parents. Et brûler la feuille en dehors de chez vous, à chaque jour. Faites-le pendant un cycle de 21 jours. C’est ULTRA libérateur ! Un vrai jeûne expressionniste.

2- Crier… allez crier, taper en forêt quelque part… organisez-vous en cercle de femme et criez ensemble pour maximiser vos guérisons

3- Entourez votre gorge de vos deux mains et visualisez une flamme violette dans votre gorge en lui demandant de transmuter ce qu’il y a à être transmuté.

4- Pardonner…pardonnez-vous, pardonnez-leur…

5- Respirer dans votre corps physique et aller accueillir les parties e vous souffrantes, en vous. Vous devriez les ressentir dans votre corps… en envoyant plein d’amour.

Guérir en s’exprimant 

Bien sûr, une fois guéri, vous allez devoir passer à l’autre étape de guérison : l’action ! Vous guérir en vous exprimant. Exprimer ! Exprimer vos émotions, vos besoins, vos idées, vos élans… Prendre une caméra et vous filmer pour parler des sujets qui vous touche. C’est un acte profondément guérissant que d’oser s’exprimer en public en offrant à ce public ce que vous pensez de la vie ! 

Cette année est une année 3, régit donc par l’art, la communication et l’expression. Tous les êtres humains sont influencés par ce chiffre. Mais avant de vous exprimer, vous allez devoir sortir tout ce noir que vous avez dans la gorge… sinon votre expression ne sera pas claire mais teintée de tous ces non-dits.

S’exprimer avec cœur et tendresse mais parfois avec fermeté pour rester aligner et respecter nos valeurs !

Si vous avez besoin d’aide sur ce sujet, prenez un coaching avec moi 😉